DÉCLARATION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SUITE A LA LIBÉRATION DES POLICIERS PRIS EN OTAGE - Site de la Présidence de la République centrafricaine
50826
post-template-default,single,single-post,postid-50826,single-format-standard,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland-ver-1.10, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,paspartu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
 

DÉCLARATION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SUITE A LA LIBÉRATION DES POLICIERS PRIS EN OTAGE

DÉCLARATION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SUITE A LA LIBÉRATION DES POLICIERS PRIS EN OTAGE

Centrafricaines, Centrafricains,

Mes chers Compatriotes,

J’ai choisi ce moment pour m’adresser à vous car l’heure est grave.

L’heure est grave parce que des individus mal intentionnés veulent imposer à notre pays la violence et l’anarchie contre la volonté du peuple centrafricain.

En effet, il y a de cela déjà quelques jours que l’on enregistre un regain de la violence dans certaines parties de la capitale Bangui et à certains endroits de l’arrière pays.

Et la grande question qui apparait est celle de savoir à qui profitent ces actes de violence et tentatives de déstabilisation du pays ?

Ces faits organisés surprennent lorsqu’on sait que le peuple souverain vient de faire le choix de revenir à la vie démocratique normale à travers les dernières élections.

Mais qui sont-ils ceux là qui veulent remettre en cause la volonté du peuple centrafricain ?

Il est connu qu’il s’agit d’un groupuscule de personnes entretenant des milices armées dans les 3èmes et 5 ème arrondissements, notamment : Haroun GUEYE, ISSA CAPI alias 50/50, ABDEL ABDOUL, ABDOUL DANDA, ALMERY MATAR alias « FORCE » et tant bien d’autres ….

Leur objectif est de maintenir le pays dans le chaos car le retour à la normalité ne sert pas leurs intérêts.

Le dernier fait qui dépasse l’entendement est la prise en otage le dimanche 19 juin 2016 de six(6) policiers en service dans le 3ème arrondissement.

Mes chers Compatriotes,

A l’instant où je vous parle, je suis en même de vous annoncer que ces otages viennent d’être libérés.

J’imagine le soulagement de leurs familles, tant ces compatriotes capturés à l’occasion de l’exercice régulier de leurs fonctions, étaient détenus pendant près d’une semaine par des hommes qui se plaisent à défier l’autorité de l’Etat.

Je saisis cette occasion pour exprimer ma profonde gratitude à tous ceux qui ont œuvré pour la libération de ces otages.

Mes Chers Compatriotes,

Comme je l’ai déjà dit dans d’autres circonstances, notre pays vient de renouer avec la légalité constitutionnelle depuis les dernières consultations électorales qui ont abouti à mon élection comme Président de la République, Chef de l’Etat et celles des Députés de la Nation.

Depuis mon investiture, je me suis employé à créer les conditions requises pour que nos frères qui ont pris des armes s’engagent de manière directe et consciente dans la voie du DDRR, du dialogue et de la réconciliation nationale.

La survie de notre nation en dépend.

Malheureusement, le dimanche 19 juin 2016, alors que tout semblait rentrer dans l’ordre, un groupuscule d’hommes sans scrupule, se réclamant autodéfense du KM5, ont pris en otage six(6) éléments de la Police nationale, patrouillant dans la zone.

Il s’agit ni plus ni moins d’un acte inacceptable vu que c’est l’autorité de l’Etat qui est défiée.

Prendre en otage des éléments de la police qui sont en plein exercice de leurs fonctions dans la capitale relève d’une pure provocation.

En effet, que recherchaient les preneurs d’otages ?

Pousser le Gouvernement à agir pour qu’ils mettent la ville à feu et à sang ?

Pousser le Gouvernement à agir pour qu’une fois de plus l’on crie à la victime ?

Voilà ce que recherchaient les auteurs de cet acte crapuleux et terroriste.

Mais je n’ai pas voulu exposer les populations des 3èmes et 5ème arrondissements à la violence ou à ses effets collatéraux.

Aussitôt informé, j’ai simplement instruit le Gouvernement de tout mettre en œuvre pour obtenir la libération sans heurts de nos vaillants Policiers.

J’ai donc privilégié le dialogue afin de ne pas tomber dans le piège de la barbarie.

Mes Chers Compatriotes,

La sécurité des personnes et des biens constitue l’un des défis que mon Gouvernement doit absolument relever.

Dans ce cadre, nous nous employons à engager le DDRR avec le soutien de la communauté internationale.

Parallèlement, nous procéderons à la restructuration des forces armées centrafricaines pour qu’elles assurent la sécurité du pays dans son ensemble.

J’ai prêté serment devant le peuple de faire rétablir l’ordre et la sécurité sur l’ensemble du territoire national.

Je ne faillirai pas à mon devoir.

Je ne peux, de ce fait, accepter que des bandits troublent impunément l’ordre public et menacent la sécurité des paisibles citoyens.

Je mets en garde tous les auteurs et commanditaires de ces crimes crapuleux et les préviens qu’ils répondront de leurs actes devant la justice.

Il est inacceptable de prendre en otage les fils et filles du pays.

Ces actes ne nous honorent pas.

Il n’y aura pas d’impunité !

La justice triomphera !

Je dis à tous les chefs de groupes armés qu’il faut cesser le désordre et les provocations inutiles.

Le peuple aspire à la paix pour l’établissement d’une démocratie durable et au vivre ensemble, après plusieurs années de souffrances inutiles.

L’ordre doit maintenant régner !

Il règnera grâce au travail de nos forces de sécurité intérieure, appuyées par les forces internationales et à la vigilance de nos populations.

J’en appelle à la vigilance de toutes les populations de Bangui et de l’arrière-pays pour qu’elles restent engagées à lutter contre le grand banditisme et tout ce qui vise à retenir la République Centrafricaine, notre chère patrie dans le désordre et le chaos.

Ne donnons plus la possibilité aux seigneurs de guerre de nous entraîner dans leur plan machiavélique de maintenir le pays dans le chaos.

Que Dieu bénisse notre cher pays !

Vive la République !

No Comments

Post a Comment